Camping urbain:un acte méditatif

le

Je ne vais pas prétendre aimer dormir dans ma voiture. J’ai encore très mal dormi. Tourné et tourné d’un côté et de l’autre. Même rêvé que je me faisais remorquer toujours étendue à l’arrière de la voiture! Par contre, j’aime la façon dont le camping urbain me force à être plus présente, groundée. Les petits actes quotidiens demandent davantage d’attention. Comme le pipi du matin. À la maison, il n’y a pas à s’en soucier. Quand on campe dans un stationnement de parc à chiens, c’est une autre histoire. Il faut savoir repérer le McDonald ou la station service la plus près. Il faut s’habiller sans flasher les possibles passants et sans alerter le voisinage avec une exhibitionniste dans le quartier. Transformer sa chambre à coucher en cuisine pour le petit déjeuner. Laver sa vaisselle avec un minimum d’eau, se laver les dents…

Quand je fais toutes ces tâches, je ne pense pas au futur ou même à mon petit bonheur qui est ou n’est pas. Je suis ancrée dans le présent. J’entends mieux. Je vois mieux. Je me sens mieux. Je ne sais pas si je suis plus heureuse, mais je vis ici et maintenant et pour un moment, ça me suffit!

image

image

image

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s