Un petite excursion de reconnaissance

le

Vers l’île de Vancouver, je vogue. Le traversier fend une eau noire et plutôt calme. Le ciel est magnifique. Le soleil de fin de journée perce au travers d’un ciel gris. Un ciel gris qui donne envie d’en faire sa couleur préférée tellement les nuances en sont riches! Je ne suis pas la seule à s’en extasier. J’entame la conversation avec une dame dans la soixantaine qui est artiste et photographe. Elle vend ses photos au marché sur Salt Spring Island où elle vit. C’est une des îles entre Vancouver et Victoria qui abrite une large communauté artistique. On parle de nos parcours, de comment il faut croire en son potentiel et ses chances de réussite et je me dis que cette rencontre est de bonne augure.

image

image

Mon voyage sur l’île de Vancouver à pour but de voir si je m’y plais suffisamment pour y faire mon prochain pied à terre. Squamish fût parfait pour l’été. Je me suis fait des amis de mes collègues de travail et j’ai eu beaucoup de plaisir avec eux. Maintenant que l’automne arrive, que l’équipe est réduite et que les copains ont quitté Squamish, le travail perd de son attrait. Répéter le même tour deux à quatre fois par jour pendant la saison des pluies en plus des 300 tours que j’ai déjà dû donner pendant l’été, ça use. C’est difficile de rester frais et d’éviter de tomber sur le pilote automatique.

image

Mais surtout, j’ai quitté Banff avec un fort désir de m’entourer d’âmes créatives et d’y consacrer moi-même plus de temps. Ça fait assez longtemps que j’ai mis de côté mes études et ma carrière créative, j’ai envie, besoin d’y revenir. Et Squamish n’a pas grand chose à offrir de ce côté.

En fait, j’ai une entrevue demain pour un poste qui, lorsque j’ai vu l’annonce, semblait créé pour moi. Je ne veux pas trop vous en dire avant d’en savoir moi-même davantage sur la position. J’ai encore peur qu’un emploi tel que décrit dans la petite annonce ne puisse exister!

En attendant, je suis désormais arrivée sur l’île. Je suis étendue à l’arrière de ma voiture près d’un parc dans une petite ville, une musique jazzée joue à la radio, je suis au chaud dans mon sac de couchage et je me rappelle qu’il y a un an à pareil date, j’entamais un voyage sur les routes de la Colombie-Britannique. J’allais en voir beaucoup des nuits de la sorte.

Comme quoi la vie est une belle aventure quand on prend le temps de la vivre!

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s