Gloire à la montagne

Je suis assise sur une pile de roches et devant moi il y a un lac turquoise et des glaciers. Ça m’a manqué. Entre mes blessures à la cheville et mes problèmes de genoux, j’ai très peu fait de randonnées en montagne pendant la dernière année. La douleur et la crainte de nouvelles blessures ont pris le dessus. Et mes genoux m’ont causé tellement de souci dernièrement qu’ils ont fini par occuper toute la place dans mon esprit.

Mon plaisir initial de découvrir une nouvelle façon de manger, une nouvelle diète, s’est transformé en obsession. J’ai espéré qu’en changeant mon alimentation et en la libérant des éléments qui causent de l’inflammation, tel le gluten, les arachides et beaucoup d’autres, j’arriverais à me débarrasser de la douleur et inflammation dans mes genoux. Je suis réellement curieuse de découvrir si j’ai des sensibilités alimentaires (hmmm, pardon si je traduis de l’anglais…) et j’ai déjà noté une grande amélioration dans mon bedon en éliminant les produits laitiers. Mais je me suis aussi rendue compte que si je me mettais à obséder sur le sujet et que j’en oubliais de profiter de la vie, j’étais un peu en dehors de la track… Toute chose est meilleure avec modération et c’est ce que j’embrasse pour l’instant.

Et puis une petite chose toute simple s’est produite. J’ai recommencé à porter mes semelles (semi)orthopédiques de façon régulière. Ce que je n’avais pas fait dernièrement. Stupide de ma part. Parce que l’amélioration est réelle et que me voilà 400 mètres plus haut qu’au départ, à profiter d’un paysage sublime! Aucun doute que la douleur sera là à la descente mais de pouvoir faire cette randonnée dans le subalpin me fait tellement plaisir. Je me sens calme et satisfaite en plus de renouer avec les paysages qui m’ont conquise au point d’adopter les Rocheuses comme mon chez moi. Je suis contente de savoir que les sommets rocheux peuvent encore avoir une place dans ma vie, même si j’ai quitté Banff pour la côte.

Il y a quelque chose de puissant dans ces gigantesques rochers surplombés de glaciers millénaires qui s’écoulent dans des lacs aux eaux aussi froides que magnifiques. Peut-être qu’en les admirant on comprend mieux sa propre place dans l’univers. En tout cas, ça aide à comprendre l’infinie richesse de Mère Nature. Les Premières Nations d’ici disent quelque chose du genre : nous sommes la Nature et la nature est Nous.

Devant un tel paysage, c’est facile de comprendre le sens de cet adage.

image

image

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s