L’odeur de moments heureux

le

Chaque fois que je sens cette odeur, celle du bord de l’océan, de la marée, des algues, un circuit s’active dans mon cerveau. Je connais cette odeur. Elle est signe de moments heureux. Je n’arrive pourtant pas à vraiment en identifier la source. Je suis certes née sur le bord du fleuve St-Laurent, mais j’y suis restée très peu longtemps et j’étais bien jeune.

Ce sont des sensations plus que des images qui me viennent en tête. Certes, je vois des bottes d’eau, des roches, des flaques, une petite fille qui explore et qui s’amuse, mais ce n’est pas précis. Ces images pourraient ne pas exister pour ce que j’en sais. Mais cette odeur est tellement réelle et puissante. Ça m’embête de ne pas savoir d’où elle vient, mais ce n’est pas important. L’important, c’est ce sentiment de calme et de plénitude qui l’accompagne. Ce sentiment d’être jeune, d’être Tout avec un grand T, d’être forte, d’être entourée, d’être aimée. La ronflante conviction que tout ira bien, que tout ne peut que bien aller.

Alors j’essaie de me laisser imprégner de cette sensation lointaine alors que je suis assise face à l’océan sur la Sunshine Coast. Un gigantesque tronc qui a terminé sa course sur cette plage il y a de cela bien longtemps me sert de fauteuil. On aura jamais vu autant de trous sur un bout de bois. Plusieurs oiseaux se seront régalés des insectes qui s’y seront cachés au fil des années. Mes pieds reposent sur un mélange de galet et d’algues sèches. Le soleil est filtré par un fin brouillard qui s’étire au dessus de l’océan sans vraiment arriver à s’imposer ou à stopper les chauds rayons du soleil. Des poissons énormes sautent hors de l’eau comme pour narguer les pêcheurs sur la berge. Les mouettes n’y échappent pas, mais elles ne semblent pas trop s’en offenser. Elles se reposent sur la rive et prennent leur envol une fois de temps en temps. Au doux roulement des vagues qui se déposent paisiblement sur la plage, se mélange le clapotis d’un ruisseau qui coule doucement vers l’océan. Les mouettes et les corneilles s’additionnent à cette paisible trame sonore en y mettant un peu de vie.

Je n’ose pas trop le dire, mais je pense qu’en ce moment précis, je suis…heureuse. Tout ira bien. Tout ne peut que bien aller.

image

image

image

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s