Mahout d’un jour

Il y a des expériences assez uniques dans la vie. Être assise sur le cou d’un éléphant et sentir sa peau coriace et ses poils drus sous la paume de ses mains, sentir sous son fessier la dégaine du pachyderme alors qu’il déambule tranquillement en est sans contredit une!

Et à moins d’être un mahout, cette expérience ne se reproduit pas très souvent. Le mahout, c’est le dresseur, le maître de l’éléphant. En Asie, cela fait plus de 2000 ans que les éléphants ont été domestiqués. Au départ, pour le transport du bois au travers des denses jungles. Maintenant, surtout de façon touristique. Ce qui est beaucoup moins exigeant pour eux.

Il y aurait quelques 1500 éléphants encore sauvages au Laos. Beaucoup plus en Thailande: ils ont tout simplement plus d’argent pour assurer leur protection. À All Lao Elephant Camp, il y a 13 éléphants. Le plus jeune a 14 ans, le plus vieux, à peu près 70 ans. Il y a seulement 2 mâles. Paraît qu’ils sont un peu plus durs à contrôler : trop d’hormones!  Vers 16h00, ils sont ramenés dans la jungle jusqu’au lendemain matin. Ils sont enchaînés, mais ont 40 mètres de chaîne. Sinon, ils iraient se nourrir dans les plantations voisines et ce serait beaucoup de problèmes pour tout le monde. À 30 000$ l’éléphant, les propriétaires en prennent soin et s’assurent qu’ils vivront longtemps et en santé. Bref, j’ai posé tout plein de questions pour savoir comment sont traités les éléphants et tout plein de questions sur les éléphants en général!!!

Mais revenons à l’expérience comme telle. Les premières minutes sur le cou d’un pachyderme sont assez intimidantes! C’est qu’ils sont gros. Mais rapidement, on s’y fait et ils sont très paisibles et écoutent bien en général. La seule fois où mon éléphant à bifurquer de son chemin, c’était pour se rendre à la réserve de bambous à quelques mètres de là. Qui peut le blâmer? Je ferais la même chose avec un gâteau au chocolat frais qui trainerait sur le comptoir! D’ailleurs, alors que mon éléphant transportait ses bouts de bambou au bout de sa trompe, je croquais moi aussi dans un morceau de jeune bambou. C’est délicieusement sucré! Et je trouvais ça plutôt cool que mon éléphant et moi nous nourrissions de la même chose!

Mais le plus cool fût le bain!!! Le bain de boue en premier. Ça rafraîchit l’animal et le protège des moustiques. Je suis embarquée sur l’éléphant (j’ai découvert à la toute fin qu’il s’agissait du giant male. Il n’avait pas de défenses alors que le jeune ado en avait lui. Paraît que parfois ils en ont, parfois pas, parfois seulement une. Bref, c’est seulement à la toute fin que j’ai vu son énorme pink banana et que j’ai compris qu’il ne s’agissait pas d’une des femelles!) déjà à moitié couvert de boue alors que le mahout continuait à lancer plus de boue sur l’animal et sur ma petite personne. Tant qu’à y être, j’en ai profité pour me faire un masque… Bon, ok, juste des lignes à la Rambo!

Et puis, on est entré dans l’eau où armée d’une brosse drue, j’ai nettoyé mon éléphant. Lui fournissait la douche, moi le brossage. C’est vraiment trop cool de se faire garocher de l’eau dans la face par un éléphant! J’ai tellement ri! Non mais tsé, jouer dans l’eau avec un éléphant!!!! Dur à battre!

Bref, malgré mes réticences initiales, je dois avouer que j’ai trippé. C’est une expérience sensorielle complètement unique dont je me rappelerai sûrement longtemps!

image

image

image

image

image

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s