2 février. Déviation

le

Beaucoup de choses se sont passées depuis la dernière fois, je n’ai simplement pas eu accès à internet, pour vous le raconter. Il m’aura fallu trois semaines pour m’ajuster, trois semaines pour comprendre qu’un itinéraire est construit seulement pour en dévier. Après avoir passé une soirée à angoisser sur l’horaire de bus, sur le choix de l’hébergement et bla-bla-bla, j’ai atteint Oudomxay où j’ai rencontré 3 Allemands et un Français qui m’ont proposé un trajet différent, mais surtout, qui m’ont rappelé que voyager devait être plaisant, pas une corvée de planification.

Après une belle soirée en leur compagnie, j’ai donc complètement dévié de mon trajet pour me rendre au nord, à Phongsaly. Looooong trajet de bus local où j’ai fait la connaissance d’une sympathique Française et de ses deux copains de voyage. J’ai partagé une chambre avec l’un d’eux (mine de rien, le Laos a beau être très pauvre, il y coûte plus cher de s’héberger et d’y voyager en général) et terminé la soirée en fêtant le nouvel an chinois avec eux et des Laos et Chinois qui nous ont invité à joindre leur fiesta. On voulait savoir comment ceux-ci fêtaient le Nouvel An. Pas mal comme nous, en buvant, mangeant et dansant! Ils nous ont abreuvés en liqueur alcoolisé et on discuté avec nous dans leur meilleur anglais (variable selon chacun, mais meilleur que la norme. Il faut dire que nos amis faisaient parti de l’élite, disons-le ainsi). Intéressante expérience d’hospitalité locale!

Le lendemain, avec d’autres voyageurs rencontrés la veille, on a marché jusqu’à un village avoisinant avec une vue incroyable sur les montagnes. Phongsaly est à 1430m d’altitude, la même chose que Banff, seulement, au lieu d’être dans la vallée, c’est plutôt sur la crête des montagnes. Donc, aussi loin que le regard se porte, des montagnes qui pâlissent jusqu’à se confondre avec le ciel. Arrivé au petit village, nous n’avons pas trouvé le bâtiment de confection du whisky local, le laolao, mais à force de gesture, on a trouvé une famille qui avait le précieux liquide et qui a accepté de nous en vendre. Plutôt divertissant les simagrées dans les deux sens pour arriver à se comprendre et vraiment sympa la petite famille!
image

image
Petite pause où on se ravitaille en se demandant où nous allons bien trouver le laolao

image

Aujourd’hui avec trois de ces nouveaux compagnons, je me suis embarquée dans un petit bateau local  sur la rivière Ou. C’est son nom. Confort assez modéré, mais balade intéressante. On s’est arrêté pour la nuit dans un village qui se nomme Muang Khoua et qui n’avait toujours pas l’électricité il y a 6 ans de cela. Je me suis trouvée une petite chambre pas cher pour une fois et qui avait l’air pas trop mal pendant le jour (il faut savoir que les critères de logement dans les villages du Laos sont assez différents des nôtres… J’ose même pas vous décrire), seulement ce soir, ça grouille dans les murs et ça m’emmerde vachement qu’il y ait justement un gros trou dans mon mur. J’ai mis mon sac à dos devant, mais est-ce vraiment assez pour arrêter un rat, parce qu’il y a de fortes chances que ce soit la bestiole que j’entends! J’espère juste m’endormir sans en rêver!

Le Laos me laisse entre deux. À mi-chemin entre l’intérêt et l’inconfort, j’imagine! Mais d’une façon ou d’une autre,  je suis sortie de mon itinéraire et je laisse maintenant le voyage se bâtir de lui-même! Enfin, j’essaie!
image
image
John et Becky, mes compagnons de voyage
image

image

image
Muang Khoua

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s