Terre de sourires; mes impressions

Écrit le 25 janvier.

La Thaïlande s’est aujourd’hui achevé pour moi. Du moins, pour l’instant. 2 belles journées à Chiang Rai avec mon amie d’université, Madeleine. Madeleine vit à Chiang Rai depuis trois semaines et enseignera l’anglais pour au moins un an. Avec elle, j’ai visité l’incroyable Temple Blanc. Pas pentoute le temple typique! En fait, le site est en expansion, a work in progress , comme qui dirait. Je ne sais trop comment décrire la chose… Gore, pop, qui joue sur l’imagerie hollywoodienne…mieux vaut laisser parler les photos, mais chose certaine, je serai bien curieuse de voir le projet une fois terminé!

image

image

image

image

Je me suis aussi baladé en campagne, à quelques 45 minutes de Chiang Rai, où, entre montagnes, forêt, petite communauté isolée et plantation de thé, nous avons cheminé jusqu’à une très jolie chute.

image

image

image

Le soir, je suis allée rejoindre Madeleine à un petit festival d’art de rue pour les enfants où celle-ci s’était proposé volontaire pour un kiosque. Quelle magnifique événement! Une chance merveilleuse de se retrouver au milieu de familles Thaïes, dans un contexte créatif et plein de simplicité! Une belle façon de terminer mon séjour!
image

J’ai attendu jusqu’ici pour vous parler de La Thaïlande et des Thaïs. La Thaïlande est baptisée Terre de sourires… Disons qu’il faut se mouiller d’abord pour avoir le droit à ces fameux sourires. Et d’une certaine façon, je le comprend. Le tourisme s’est peut-être développé de façon un peu trop pernicieuse par ici. Les blancs-becs de l’ouest viennent exhiber leurs gros billets et s’attendre à être traités en roi sans trop montrer d’égard à la culture d’ici.

Alors voilà, aux premières abords, j’ai été fort déçue d’être traité sans aucun intérêt et de me sentir relativement indésirable. J’ai fini par comprendre qu’il faut faire les premiers pas.

Et puis bien sûr, la barrière de la langue n’aide pas. On se débrouille avec beaucoup de langage verbal, un peu d’anglais, un peu de Thaï… J’imagine qu’avec les pays latins, je me suis habituée à parler la langue et à pouvoir communiquer et connaître les gens.

Parlant d’Amérique latine, si ce n’était des panneaux dont je n’arrive à comprendre le sens et des temples et statues de Bouddha un peu partout, je pourrais facilement croire être en Colombie ou au Guatémala. La culture est sans contredit différente, mais les cantines et vendeurs de rues sont les mêmes, les constructions de ciment, de bois ou de paille sont les mêmes. Les mobylettes, le trafic « chacun pour soi » et « je te colle au cul » sont les mêmes. Bref, beaucoup moins dépaysant que je ne l’aurais cru. Semblerait que d’un pays pauvre à l’autre, on se débrouille un peu de la même façon.

Bref, un bon séjour, mais différent de ce à quoi je m’attendais. Leçon de voyage: ne jamais avoir d’attente et prendre les choses comme elles viennent!
image

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s