Quand ça déborde

21 juin 2013

L’eau est un élément incroyablement puissant. Source de vie et de destruction tout à la fois. Sans eau, on ne survit pas. Elle nous est totalement fondamentale et à la base du corps humain. Mais en même temps, l’eau peut transformer un paysage, une ville et les laisser dévaster. Ici, dans la vallée de la Bow, alors que la rivière déborde amplement de son lit et que sa force est décuplée, il apparaît très clairement à quel point cet élément est puissant. Alors que la pluie abondante force la rivière à atteindre des niveaux inégalés depuis fort longtemps, il me vient à l’esprit la massive fonte des glaces à la fin de la dernière ère de glace, il y a de çela quelques 11000 ans. Le flot incroyable qui devait agir et sévir sur tout ce qui avait le malheur de se trouver sur son passage. Ce qui fait la beauté des Rocheuses, c’est sa force sauvage qui se trahit dans chacun des ses angles, chacune de ses vues. Et en ce moment, Mère Nature s’efforce sans aucun doute de nous rappeler notre petitesse aux côtés de sa grandeur indomptable!

La rivière dans le coin gauche, au haut, a inondé le terrain récréatif, les écuries, les logements de mes copains du banff Centre et ma serre communautaire!!! mes légumes vont bien, ne vous en faites pas!
La rivière dans le coin gauche, au haut, a inondé le terrain récréatif, les écuries, les logements de mes copains du banff Centre et ma serre communautaire!!! mes légumes vont bien, ne vous en faites pas!      *** pas une de mes photos***
La rivière, normalement verte, devrait s'arrêter du côté gauche des arbustes
La rivière, normalement verte, devrait s’arrêter avant les arbustes
Une des rues inondées de banff. On a été chanceux, très peu de rue ont subi ce sort
Une des rues inondées de banff. On a été chanceux, très peu de rue ont subi ce sort

 22 juin 2013

Quelle samedi soir hors du commun! L’autoroute direction Est, vers Canmore, le village voisin, et Calgary, est toujours fermée: certaines sections ne sont désormais qu’histoire, emportées par le torrent. La route de l’Ouest est ouverte, mais personne entre à Banff et ceux qui devaient en sortir l’ont déjà quitté. Il ne reste plus que les Banffites, ou presque. Un fait inimaginable à n’importe quel moment de l’année, encore plus un samedi soir de fin juin! Et c’est ma foi particulièrement plaisant que d’avoir la ville pour nous pour l’une des plus longues journées de l’année!

20h00. L’électricité déserte la totalité de Banff. Il faudra attendre 23h00 avant d’être plongé dans le noir et encore, la lune est pleine et bien visible au dessus de nos têtes. Sans aucune pollution lumineuse, le ciel est plutôt exceptionnel! Une drôle d’énergie flotte sur Banff. Un certain calme et une certaine excitation se côtoient. La température est confortable à l’extérieur, l’air est enfin sec après plus de 36 heures de forte pluie et les gens arpentent les rues sombres du village à la recherche d’un endroit où se retrouver et partager. Certains sont installés autour d’un feu de camp, une bière froide au creux des mains, avec tous plus d’histoires des derniers jours les uns que les autres. On ne sait trop pour combien de temps la situation durera, mais pour l’instant, tout cela est tellement hors du commun qu’aussi bien en profiter!

23 juin 2013

Notre apprentisage de la vie de sinistrés se poursuit en atteignant aujourd’hui un niveau insoutenable pour plusieurs. Que la rivière déborde et en force certains à évacuer leur logement, que les routes ferment nous laissant sans réapprovisionnement et que l’on manque d’électricité jusqu’au milieu de la nuit est encore tolérable, mais que les réseaux téléphoniques, radio et internet soient hors service est absolument innacceptable!!! C’est le drame,  la catastrophe, l’apocalypse pour plusieurs!!!

Ça m’a pris beaucoup de temps avant de de posséder un cellulaire et encore aujourd’hui, j’ai un bon vieux flip phone plutôt qu’un téléphone intelligent. Alors bon, ce n’est définitivement pas une priorité pour moi et je survis plutôt bien. Mais n’empêche… c’est mon vendredi soir, j’aurais bien aimé sortir, organiser mon week-end, mais c’est un peu difficile sans moyen de communication. Vous me direz qu’il y a la bonne vieille visite, mais quand tu ne sais pas où le monde habite… et pour les conserves reliés avec un fil, le système doit être installé d’avance entre les deux parties. L’oiseau voyageur: c’est malheureusement un parc national ici et il n’est pas permis d’exploiter les animaux. Les signaux de feu: le bois est comme qui dirait humide et je n’ai pas mon Scout 101 en Allumage de Feu avec Bois Humide, maudine!

Bon, je déconne, certes, mais il faut y être confronté pour voir à quel point on peut être sérieusement démuni sans les moyens de communication moderne. Tout cela porte définitivement à réfléchir… ben tsé, ya rien d’autres à faire anyway sans l’internet pis l’téléphone!

24 juin 2013

Oui, vous vous figurez que les choses retournent tranquillement à la normale.  L’accès routier est encore limité, mais il est possible de sortir et d’entrer à Banff, la rivière a baissé et le village n’est plus à risque, l’électricité et les réseaux téléphoniques sont en fonction. Il ^pleut encore un peu, mais la saison des pluie s’achève d’ici un à deux jours selon les prévisions météorologiques. Je profite de trois jours de congé mérités avant que l’été nous frappe à nouveau avec son lot effrené de touristes. Et puis bon, les désastres, ça forme le caractère! Amenez-en!

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s