Quoi de mieux qu’une montagne, de la neige tombante et une paire de fesses!

Bon allez, pas de niaisage, je serai franche avec vous. J’aurais bien envie de donner une pichenotte en arrière de l’oreille de tout ceux qui détestent l’hiver et la neige. Et ça vous comprend vous aussi, chers amis.

J’A-DO-RRRRE la neige!!!!!

Comme ce matin de la neige fraîche nous tombait dessus, je me suis vêtue de ma salopette et je suis partie à l’aventure. Je suis montée Tunnel Mountain qui est juste derrière le Banff Centre, donc dans ma cour arrière! C’est pas très long, une heure gros max à la vitesse bottes et salopette d’hiver. Rendue en haut, je pouvais voir le ciel au loin qui était quasiment noir tellement il était chargé de flocons.

J’avais décidé hier que la prochaine fois que je monterais Tunnel (parce que je l’ai monté hier aussi), je descendrais par le bois plutôt que la piste, sur l’autre versant. Aucune chance de se perdre, la montagne est ceinturée par une route qui ramène tout droit au Banff Centre. C’est donc vers l’autre versant que je me dirigeais.

Le chevreuil m’a vu avant que je ne le voie. Il était étendu sous un sapin, ses bois de belle taille et l’air un peu princier. Il me fixait. Il était magnifique. Je lui ai fait un brin de causette, histoire de m’assurer qu’il resterait tranquille de son côté si je restais tranquille du mien. Il n’a pas semblé avoir de problème avec ça. J’ai commencé ma descente en suivant justement les traces laissés par les chevreuils. Puis, le blizzard que j’avais vu au loin m’a bien vite rattrappée. Cette portion de la montagne est particulièrement exposée au vent et pour venter, il ventait! La bourrasque soufflait bien drue dans mon visage, mais en bonne Canadienne errante  que je suis, j’étais bien embougrinée. Et de toute façon, j’adore les intempéries, c’est tellement plus l’fun!

Mes deux foufounes m’ont servi de crazy-carpet et mes pieds de frein à main, histoire d’éviter les excès de vitesse, mais surtout les embûches qui auraient pu se cacher sous la couverture neigeuse. Puisque c’était assez à pic, ça allait plutôt vite et c’était drôlement plaisant. Une bonne descente!  Mais comme toute bonne chose à une fin, j’ai fini par rejoindre la route où le vent soufflait plus fort que le loup du conte des trois petits cochons. Pas grave, c’est plus drôle comme ça.

À mon arrivée à la maison, la neige avait cessé de nouveau me laissant bien heureuse de ma sortie hivernale.

Alors, allez enfiler vos salopettes et allez donc jouer dans la neige!

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s