Chronique colombienne:Third world ou la valeur de ses orteils

C’est quand je vois des choses comme ça que je réalise vraiment que la Colombie est un pays du tiers-monde.

Sur les chantiers de construction, les gars travaillent parfois sans casque et sans cap d’acier (davantage dans les petits chantiers) . Par exemple, l’employé qui fait présentement des travaux de démolition de parois de briques, de béton et de céramique à l’hôtel de Sam travaille bien sûr sans casque, sans gants et sans cap d’acier. En fait, il travaille avec des espèces de petites pantoufles de tissus bien, bien minces. Et bien sûr, hier, il s’est fait mal aux pieds, mais il dit que ce qui ne tue pas rend plus fort… ouais, jusqu’à ce que l’accident soit suffisamment grave pour t’empêcher de travailler et de gagner ta vie.

Et tout ça pour 10$ par jour… c’est bien peu pour risquer sa vie et sa condition physique, bien peu. Et pourtant, partout à travers le monde, des millions de gens font la même chose, faute de pouvoir faire mieux. Welcome in the third world!

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s