Chronique colombienne: hormigas culonas

Hormiga culona, c’est une fourmi énorme avec un gigantesque cul. C’est une fourmi qui se mange depuis belle lurette par ici. Et en ce moment, c’est la saison de la récolte! Ou de la chasse. Je vous laisse choisir.

Hier, je retournais à la casa de Johanna, où j’habite maintenant (c’est une copine d’Henry qui tient également une auberge) et gros rassemblement autour de la table. Ils revenaient d’une partie de pêche  d’hormigas culonas. Apparemment, la fourmilière est énorme et il faut se dépêcher à mettre la main sur les culonas avant que les forurmis-soldats ne vous piquent. Paraît également qu’elles ne sortent pas plus de deux fois par année. Je les comprend;  aussitôt qu’elles mettent le cul à l’extérieur du trou, il y a des tonnes de Colombiens qui leur tombent dessus, sans avertissement.

Alors donc, ils sont attablés avec au centre, un sac de plastique rempli d’énormes fourmis ailées et grouillantes, un bol de têtes et d’ailes de fourmis et un bol de fourmis sans têtes qui pataugent dans un liquide. Je crois que c’était simplement de l’eau. Ah! est-ce que j’ai dit que les fourmis-pas-de-têtes gigotaient toujours dans leur petite piscine? (Je me demande si à ce moment-là, elles ont déjà réalisé qu’elles ne sont pas là pour des vacances au Club Med avec drinks gratuits, animation et cruising à volonté.)  C’est du solide une hormiga culona! Ça continue à vivre, même privée de sa tête.

Les hormigas culonas sont faites en trois parties. La tête, munie de petites pinces, la partie centrale et le cul. Plus de longues ailes. Le cul a à peu près la grosseur d’un grain de café ou d’un popcorn non éclaté.La partie centrale est à peine plus petite. L’odeur est agréable et le goût fort acceptable. On les fait revenir dans une poêle avec du sel et ça se mange comme des peanuts ou du popcorn. Ça colle un peu aux dents, mais somme toute, c’est assez bon.

J’en ai mangé sept (non sans un peu d’hésitation et de larmoyage), mais ne me demandez pas de participer à l’arrachage de têtes, d’ailes et de pattes. Il y a ben des saintes limites, bâtard!820 821 822 827

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s