Chronique colombienne: Comme quoi il vaut mieux saisir sa chance

Même après quelques mois, je suis toujours fascinée par  tout ce qui est possible d’acheter ici, à même la rue. C’est pas des blagues, on peut presqu’ y acheter un réfrigérateur.

…Presque.

On peut rencontrer des vendeurs de lunettes de soleil,  de cd et dvd, de livres, d’étuis de téléphone cellulaire, de chiens (oui, oui, de chiens!).

Inutile de se rendre à La Senza pour se procurer des sous-vêtements; on peut magasiner ses bas et ses bobettes à même la rue! Et pour les fanatiques d’odeur d’église, c’est aussi possible de rencontrer un vendeur ambulant d’encens et de choisir son odeur préféré (Moi, j’opterais pour la lavande). Vous êtes en pénurie de lingettes ? N’allez pas chez Wal-Mart ou Zellers. Attendez simplement de croiser le vendeur de guénilles et sauvez-vous d’une emmerdante visite dans les centres à grande surface.

Mais mon meilleur, c’est vraiment le mec qui vend des miroirs! Pas des petits miroirs de poche. Non, non, de gros miroirs décoratifs qu’il traine dans la rue avec lui. Parce que bien sûr, c’est fréquent d’acheter un miroir sur un coup de tête.  »Ah! un vendeur de miroir! ah! ben oui! achetons-en un! Aie, ça me tente vraiment! »

N’empêche, tout ça est un peu problématique. Il se peut que vous ayez à attendre longtemps avant de rencontrer le vendeur ambulant de la gogosse que vous désirez. Comme quoi, dans la vie, il faut saisir sa chance quand elle passe, parce qu’il n’est pas dit que demain vous recroiserez le vendeur de miroirs.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s